8 - INTRODUCTION A l'OECUMENISME AU MOYEN-ORIENT ET DANS LE MONDE SLAVE    

      Antoine Arjakovsky, Souraya Bechealany et Gabriel Hachem -  Cours introductif à trois voix 

Argumentaire 

Ce cours à trois voix, introduit la problématique œcuménique dans deux contextes, celui des chrétiens d’Orient (Moyen-Orient) et celui des chrétiens de l’Est (pays slaves). 

Dans un premier temps, il sera question de l’Orient, où l’Église est née sous le signe de la diversité. Les façonnements de l’histoire ont particulièrement transformé la richesse ecclésiale en divisions, suscitant ainsi la démultiplication des identités ecclésiales et l’affaiblissement de la présence chrétienne. Dans cette région, où sévit depuis quelques décades l’instabilité politique, l’injustice sociale, la discrimination et la violence, les Églises se trouvent aujourd’hui face à un tournant historique à tel point que l’œcuménisme est devenu une question de vie ou de mort. La création du Conseil des Églises du Moyen-Orient (CEMO), en 1974, a relancé la recherche de l’unité et a ranimé l’espoir de ces Églises de pouvoir confronter ensemble les multiples enjeux œcuméniques et de faire face aux défis majeurs qui menacent le témoignage à l’Évangile. 

Le deuxième temps de ce cours présentera l’histoire du mouvement œcuménique dans le monde slave des origines de la Rous de Kiev au IXe siècle jusqu’au concile de Florence en 1439. Il fera également le récit de l’apparition, à l’époque moderne, des nations russe, ukrainienne et biélorusse, de l’émergence des Églises se définissant à la fois comme orthodoxes et catholiques, et des conflits actuels qui opposent ces nations mais aussi les Églises qui les constituent. 

On présentera le rôle joué depuis la fin du XXe siècle par les dialogues œcuméniques entre chrétiens catholiques et orthodoxes pour favoriser un rapprochement entre ces Églises et ces nations depuis la fin de l’Union soviétique. On montrera également pourquoi ces dialogues sont aujourd’hui limités par une conception trop confessionnelle ou trop partielle de l’Église.

Une bonne connaissance des ressources de la spiritualité orientale, notamment sa définition particulière de la personne et son sens original de la Sagesse de Dieu, permet cependant de trouver une issue à la crise actuelle désignée par le terme « d’hiver œcuménique ». Le « mouvement œcuménique » ne peut pas être dissocié en effet ni du contexte politique ni du mouvement des idées. Aussi présentera-t-on aussi les fondements d’une métaphysique nouvelle, personnaliste, sophiologique et ternaire, capable non seulement de guérir les blessures mémorielles des peuples de l’ex-URSS mais aussi de préparer une civilisation plus paisible et plus juste.

Plan du cours

Gabriel Hachem

    I. Introduction générale : Unité et Diversité. La crise christologique (IIe–Ve s.) : la séparation de Chalcédoine et ses conséquences néfastes. 

    II. La crise ecclésiologique (Ve–XVe s.) : la séparation entre Rome et Byzance : la juridiction universelle et la via concilii. La crise sotériologique (XIe–XVIe s.) : Le salut, la justification, la foi et les œuvres !

    III. La crise missionnaire et l’exclusivisme sotériologique (XVIe–XXe s.). Le mouvement œcuménique et les organisations internationales : Le Conseil œcuménique des Églises (COE), le Forum Chrétien Mondial (FCM), l’œcuménisme récept.

Souraya Bechealany

    IV. L’apport de l’Église catholique : Un travail de fermentation et de préparation (1910–1960). L’engagement œcuménique irréversible de l’Église catholique à Vatican II : les grands principes

    V. Une approche herméneutique du Décret Unitatis Redintegratio et les fruits du dialogue œcuménique contemporain. L’œcuménisme au Moyen-Orient : du Conseil des Chrétiens du Proche-Orient (NECC) au Conseil des Églises du Moyen-Orient (MECC)

    VI. L’actualité ecclésiale et œcuménique au Moyen-Orient. Les défis majeurs de la présence chrétienne au Moyen-Orient

Antoine Arjakovsky

    VII. Histoire du christianisme dans le monde slave jusqu’au concile de Florence (1439)

    VIII. La nouvelle représentation de l’orthodoxie de la foi chrétienne du XVe au XXe siècles en Europe orientale

    IX. Les avancées et les reculs des dialogues œcuméniques entre chrétiens catholiques et orthodoxes de 1979 à nos jours

    X. La crise de l’ecclésiologie confessionnelle et l’avènement d’une conception œcuménique de l’Église

    XI. La crise de la rationalité moderne et l’avènement d’une conception œcuménique de la métaphysique

    XII. La crise du développement économique moderne et l’avènement d’une conception œcuménique de l’économie et de l’écologie

Pédagogie et méthodologie 

Ce cours a pour finalité d’assurer aux étudiants une meilleure connaissance de l’histoire dogmatique des séparations entre les Églises et de leur apport œcuménique à partir de leur situation actuelle.

Des notes, ainsi qu’un support visuel (PowerPoint) est à l’appui pour permettre aux étudiants de retenir l’essentiel du cours. Toutefois, l’objectif final du cours (outcome) consiste à initier les étudiants à la connaissance de l’enjeu œcuménique en Orient et dans les pays slaves et à les former dans un esprit œcuménique d’ouverture et de dialogue.

Bibliographie

    • Antoine ARJAKOVSKY, Qu’est-ce que l’orthodoxie ?, Paris, Gallimard, 2013.

    • Antoine ARJAKOVSKY, En attendant le concile de l’Église orthodoxe, Paris, Cerf, 2011.

    • Conseil des Patriarches catholiques d’Orient (CPCO), Le mouvement œcuménique, 5e lettre pastorale, Pâques 1999.

    •  Jean  CORBON, L’Église des Arabes, Paris, Le Cerf, 2e édition, 2007. 

    •  Jean  CORBON,  Les lieux de communion, Paris, Le Cerf, 2009.

    •  Yves  CONGAR, « Neuf cents ans après. Notes sur le ‘Schisme oriental’ », in Collectif, L’Église et les Églises (1054-1954) : neuf siècles de douloureuse séparation entre l’Orient et l’Occident. Études et travaux sur l’Unité chrétienne offerts à Dom Lambert Beauduin à l’occasion de son quatre-vingtième anniversaire, in Irénikon 1-2 (1954), éd. de Chevetogne 1954, 3-95.

    • Gabriel  HACHEM, « Être chrétien au Moyen-Orient aujourd’hui, malédiction ou signe d’espérance ? », Dans Revue théologique de Louvain 51 (2020), p. 35-54.

    • Christoph  THEOBALD, « Le courage d’anticiper un avenir commun », POC 66 (2016/3-4), 265-287.


Validation 

Examen oral (à distance) de 15 minutes ou travail écrit. 


Informations pratiques

(Code Enseignement S1-E8)  

Calendrier semestre 1  

   • Septembre : 13, 20, 27

   • Octobre : 04, 11, 18

   • Novembre : 08, 15, 22, 29

   • Décembre : 06, 13

Durée du cours 

 24h (12 séances de 2h)

A distance

Horaires 

Lundi 17h-19h

Inscription